Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Giacomo Puccini

Opéras:

EdgarGianni SchicchiIl tabarroIl tritticoLa BohèmeLa fanciulla del WestLa rondineLe VilliMadame ButterflyManon LescautSuor AngelicaToscaTurandot

Аirs:

Addio fiorito asil. Benjamin Pinkerton. Madame ButterflyAddio, addio mio dolce amor!. Fidelia. EdgarAddio, fiorito asil. Benjamin Pinkerton. Madame ButterflyAh Manon, mi tradisce. Il Cavaliere Renato des Grieux. Manon LescautAmore o grillo. Benjamin Pinkerton. Madame ButterflyAncora un passo or via. Madame Butterfly. Madame ButterflyBella signora il pianto sciupa gli occhi. Edgar. EdgarChe gelida manina. Rodolfo. La BohèmeChe tua madre dovrà. Madame Butterfly. Madame ButterflyCh'ella mì creda libero. Dick Johnson. La fanciulla del WestChi il bel sogno di Doretta?. Magda. La rondineDimmi che vuoi seguirmi. Ruggero. La rondineDonde lieta. Mimi. La BohèmeDonna non vidi mai. Il Cavaliere Renato des Grieux. Manon LescautDovunque al mondo. Benjamin Pinkerton. Madame ButterflyÈ ben altro il mio sogno!. Giorgetta. Il tabarroE lucevan le stelle. Mario Cavaradossi. ToscaFigliuolo, tu mi dici. Magda. La rondineFirenze è come un albero fiorito. Rinuccio. Gianni SchicchiForse, come la rondine. Prunier. La rondineGià il mandorlo vicino. Fidelia. EdgarGia mi dicon venal. Baron Scarpia. ToscaHa piu forte sapore. Baron Scarpia. ToscaHai ben ragione. Luigi. Il tabarroIn quelle trine morbide. Manon Lescaut. Manon LescautIo de' sospiri. Shepherd Boy. ToscaL’ora, o Tirsi, e vaga e bella. Manon Lescaut. Manon LescautLaggiù nel Soledad. Minnie. La fanciulla del WestMario Cavaradossi?. Mario Cavaradossi. ToscaMi chiamano Mimi. Mimi. La BohèmeMinnie, dalla mia casa son partito. Jack Rance. La fanciulla del WestNel villaggio d'Edgar. Fidelia. EdgarNo! No! pazzo son!. Il Cavaliere Renato des Grieux. Manon LescautNo! possibil non è… Anima santa. Guglielmo Wulf. Le VilliNon la sospiri la nostra casetta. Tosca. ToscaO dolci mani. Mario Cavaradossi. ToscaO fior del giorno. Fidelia. EdgarO lebbra, sozzura del mondo. Edgar. EdgarO mio babbino caro. Lauretta. Gianni SchicchiO soave visïon. Edgar. EdgarOh, se sapeste. Minnie. La fanciulla del WestOr son sei mesi. Dick Johnson. La fanciulla del WestOre dolci e divine. Magda. La rondinePerchè, perchè non m'ami più?. Michele. Il tabarroQuando m'en vo' (Musetta's Waltz). Musetta. La BohèmeQuesto amor, vergogna mia. Frank. EdgarRecondita armonia. Mario Cavaradossi. ToscaScorri, fiume eterno. Michele. Il tabarroSe come voi piccina. Anna. Le VilliSei splendida e lucante. Lescaut. Manon LescautSenza mamma, o bimbo, tu sei morto!. Suor Angelica. Suor AngelicaSi corre dal notaio. Gianni Schicchi. Gianni SchicchiSoave Signor mio. Suor Genovieffe. Suor AngelicaSola, perduta, abbandonata. Manon Lescaut. Manon LescautSpira sul mare (Entrata di Butterfly). Madame Butterfly. Madame ButterflyTorna ai felici. Roberto. Le VilliTra voi, belle, brune e bionde. Il Cavaliere Renato des Grieux. Manon LescautTu il cuor mi strazi. Tigrana. EdgarTu, tu piccolo Iddio. Madame Butterfly. Madame ButterflyUn bel dì vedremo. Madame Butterfly. Madame ButterflyUna nave da guerra. Madame Butterfly. Madame ButterflyVa, Tosca!. Baron Scarpia. ToscaVecchia zimarra. Colline. La BohèmeVedete? Io son fedele. Manon Lescaut. Manon LescautVissi d'arte. Tosca. Tosca

Ensembles:

Ah! quegli occhi. Mario Cavaradossi (Ténor) Tosca (Soprano). ToscaBimba dagli occhi pieni di malia. Benjamin Pinkerton (Ténor) Madame Butterfly (Soprano). Madame ButterflyDolce notte! Quante stelle. Benjamin Pinkerton (Ténor) Madame Butterfly (Soprano). Madame ButterflyE buona la mia Tosca. Mario Cavaradossi (Ténor) A Jailer (Basse) Cesare Angelotti (Basse). ToscaEd or fra noi parliam da boni amici. Baron Scarpia (Baryton) Tosca (Soprano). ToscaIo so che alle sue pene. Benjamin Pinkerton (Ténor) Suzuki (Mezzo) Sharpless (Baryton). Madame ButterflyMario Mario son qui!. Mario Cavaradossi (Ténor) Tosca (Soprano). ToscaScuoti quella fronda di ciliegio. Madame Butterfly (Soprano) Suzuki (Mezzo). Madame ButterflyStolta paura. Benjamin Pinkerton (Ténor) Madame Butterfly (Soprano). Madame ButterflyViene la sera. Benjamin Pinkerton (Ténor) Madame Butterfly (Soprano). Madame ButterflyVieni amor mio. Benjamin Pinkerton (Ténor) Madame Butterfly (Soprano) Goro (Ténor). Madame ButterflyVogliatemi bene. Benjamin Pinkerton (Ténor) Madame Butterfly (Soprano). Madame Butterfly
Wikipedia
Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »
En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Giacomo Antonio Domenico Michele Secondo Maria Puccini, né le 22 décembre 1858 à Lucques dans le grand-duché de Toscane et mort le 29 novembre 1924 à Bruxelles, est un compositeur italien. Il est considéré comme l'un des plus grands compositeurs de la fin du XIX siècle et du début du XX siècle.
Issu d'une famille de longue tradition musicale dans laquelle cinq générations de musiciens se sont succédé, il porte le même prénom que son arrière-arrière-grand-père Giacomo Puccini (1712-1781), organiste et compositeur de musique sacrée du XVIII siècle. Il est le fils de Michele Puccini (1813-1864), le petit-fils de Domenico Puccini (1772-1815) et l'arrière-petit-fils d'Antonio Puccini (1747-1832).
Giacomo Antonio Domenico Michele Secondo Maria Puccini, est né via di Poggio, dans le centre de Lucques, dans une famille aisée, mais non fortunée. Il est le premier garçon d’une famille de sept enfants, cinq sœurs aînées et un frère, de cinq ans son cadet, né trois mois après la mort de son père. Son père Michele Puccini est un compositeur de musique sacrée, organiste et maître de chœur à la cathédrale Saint-Martin de Lucques. Sa mère Albina Magi a épousé Michele en 1848 ou 1849.
Il poursuit à une ou deux exceptions près les mêmes études musicales que ses illustres aïeux, tous musiciens d'église et connus par les nombreuses compositions des Tasches. On compte trente-deux œuvres à leur actif.
Après la mort de son père en janvier 1864, il est envoyé auprès de son oncle maternel Fortunato Magi pour étudier ; celui-ci l'initie au clavier et au chant choral mais le considère comme un élève peu doué et indiscipliné. Fortunato a succédé à Michele Puccini au poste de maître de chapelle et organiste. Toutefois, la place ayant été occupée depuis plusieurs générations par les Puccini, il est précisé que Fortunato céderait sa place au jeune Giacomo lorsque celui-ci serait en âge d'assumer cette charge.
Il a dix ans lorsqu'il entre dans le chœur de la cathédrale de Lucques et commence à toucher l’orgue. L'inspiration pour l'art lyrique et la musique profane lui vient seulement lors d'une représentation de l'Aïda de Verdi que Carlo Angeloni, un de ses professeurs au conservatoire, lui fait découvrir à Pise le 11 mars 1876. De 1880 à 1883, il étudie au conservatoire de Milan, où il est l'élève d'Amilcare Ponchielli et d'Antonio Bazzini.
En 1882, Puccini participe à un concours d'écriture lancé par la maison d'édition de musique Sonzogno en 1883, pour un opéra en un acte. Bien qu'il ne remporte pas le prix avec Le Villi, son premier opéra est représenté en 1884 au Teatro Dal Verme de Milan, grâce à Ponchielli et Ferdinando Fontana, et contribue à attirer l'attention de Ricordi, l'éditeur de Verdi, qui lui commande un nouvel opéra, Edgar. C'est à cette époque que Puccini rencontre Elvira Gemignani (née Bonturi, 1860-1930) qui deviendra sa femme et lui donnera un fils, Antonio (1886-1946). Elle est mariée à un autre, ce qui n'empêche pas Puccini de tenter sa chance. Le mari, peu soupçonneux et souvent absent, ne se méfie pas du jeune homme qui accepte avec joie de donner des cours de piano à l'épouse quand elle le lui demande (Puccini, après le succès des Villi, commence à se faire une excellente réputation). Les deux « tourtereaux » dissimulent mal leur liaison, de sorte que tout Lucques est au courant du scandale, sauf le mari trompé. Le climat devenant lourd cependant, Puccini achète une villa à Torre del Lago (bien appartenant aujourd'hui à la petite-fille du compositeur), où il résidera la plus grande partie de sa vie, accompagné d'Elvira. Aussi, la critique sera-t-elle assez ironique lorsque Edgar, son deuxième opéra, sera représenté (avec succès), puisque l'intrigue présente beaucoup de points communs avec cette aventure vaudevillesque.
Son troisième opéra, Manon Lescaut, fut non seulement un succès, mais également le point de départ d'une collaboration fructueuse avec les librettistes Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, qui travaillèrent avec lui sur les trois opéras suivants.
En 1896, il crée un opéra, La Bohème, adapté des Scènes de la vie de bohème de Henri Murger. Bien qu’il contienne certains des airs les plus populaires de son répertoire, ses audaces harmoniques et dramatiques, tranchant avec le sentimentalisme de Manon Lescaut, ne parvinrent pas à séduire le public de la première, le 1 février (malgré la direction irréprochable d'Arturo Toscanini). Les représentations suivantes assurèrent cependant au compositeur un succès mondial (sauf auprès des critiques qui préférèrent l'année suivante la version, au demeurant fort bonne, de Leoncavallo aujourd'hui supplantée par celle de Puccini), qui ne fut pas démenti : La Bohème est considéré comme l'un des meilleurs opéras romantiques.
En 1900, Tosca représente pour Puccini la première approche du vérisme ; l'œuvre est marquée par la ferveur patriotique, mais elle relate un drame amoureux sans s’engager sur le terrain idéologique comme les opéras de Verdi. Le contraste entre La Bohème et Tosca est tel que Puccini essuie un cinglant revers. Heureusement, lorsque Toscanini reprend l'ouvrage, le succès est au rendez-vous.
L'activité du compositeur ralentit et, en 1903, il est blessé à la suite d'un accident de voiture qui le rendra boiteux.
En 1904, Madame Butterfly (sur une pièce de théâtre de David Belasco) fut accueillie par un fiasco cinglant lors de la première à la Scala de Milan, bien qu'il fût remarquablement orchestré et dirigé par Cleofonte Campanini (en) et mis en scène par Adolfo Hohenstein. En particulier, lors de la scène où l'on entend des chants d'oiseaux, le public s'esclaffa et fit entendre des cris de basse-cour de toutes sortes. Cela ne l'empêchera pas de devenir, trois mois après, un autre de ses grands succès, après une révision drastique.
En 1906, un de ses librettistes, Giacosa, meurt.
En 1909, éclate un scandale : sa domestique se suicide par empoisonnement après avoir été accusée par Elvira Gemignani d'avoir eu une relation avec lui. Il semblerait que ce soit la sœur de la domestique qui avait une relation avec Giacomo Puccini. La domestique servait de médiatrice, elle se suicida afin de ne pas trahir le secret. Similaire à l'acte III de Turandot où Liù se suicide afin de ne pas dévoiler le secret.
En 1910, il compose La fanciulla del West, premier opéra créé au Metropolitan Opera de New York. L'œuvre, considérée comme le premier western spaghetti, est dirigée par Toscanini ; elle présente une richesse orchestrale et harmonique sans égale dans l'œuvre de Puccini. Le succès immédiat auprès du public (et, fait rare, également des critiques) ne se confirme pas : le thème du Far West, l'audace de son écriture et, étrangement, son « happy end », déroutent le public et les critiques. Il faudra toute la volonté d'artistes comme Dimitri Mitropoulos, Plácido Domingo, et de musicologues désireux de dépasser les clichés, pour faire sortir cette œuvre remarquable de l'oubli.
Il trittico est créé en 1918. Ce triptyque est composé de trois opéras réunis par le style Grand Guignol parisien : un épisode d'horreur Il Tabarro, une tragédie sentimentale Suor Angelica et une farce ou comédie Gianni Schicchi. Des trois, Gianni Schicchi devient le plus populaire.
Son dernier opéra Turandot, écrit en 1924, reste inachevé ; les deux dernières scènes en seront complétées par Franco Alfano. Ce finale est très contesté de nos jours car Puccini avait rêvé pour le duo final de quelque chose d'inédit et fantastique, comparable à une grande scène wagnérienne (on mesure, quand on entend Nessun dorma ou le dernier air de Liù Tanto amore, segreto, l'étendue de la perte qu'a causée la maladie du compositeur). Alfano, bon compositeur pourtant, n'a pas le génie de son maître, il est donc compréhensible que l'on ne dirige aujourd'hui qu'une version écourtée du finale. En 2001, un nouveau finale est écrit par Luciano Berio.
Puccini meurt à Bruxelles le 29 novembre 1924, des suites cardiaques dues à son cancer de la gorge. Après des obsèques à l'église royale Sainte-Marie de Schaerbeek, son corps est transporté à Milan où, le 3 décembre 1924, ses funérailles sont célébrées dans la cathédrale par l'archevêque Eugenio Tosi. À l'issue de celles-ci, sa dépouille est inhumée provisoirement au cimetière monumental de Milan, dans le caveau de famille d'Arturo Toscanini. Le 29 novembre 1926, à l'occasion du deuxième anniversaire de sa mort, Giacomo Puccini est réinhumé dans la chapelle de sa villa de Torre del Lago.
Sa villa est aujourd'hui un musée dédié à sa mémoire.
Manon Lescaut, La Bohème, Tosca, Madame Butterfly et Turandot sont tous de grands succès. Ils illustrent une maîtrise de l’orchestration exceptionnelle, aux multiples innovations harmoniques, et un langage théâtral profondément original. Ce langage qui contribua au succès de Puccini se rattachait au courant littéraire du vérisme italien, représenté par des compositeurs de la fin du XIX siècle, comme Mascagni, Leoncavallo ou Franchetti. Puccini échappe pourtant au réalisme tragique du vérisme, grâce à sa passion pour les romantiques comme Alfred de Musset ou Heinrich Heine, mais aussi en raison de sa modernité théâtrale et musicale, illustrée par les chromatismes de Tosca ou les accords impressionnistes de la Houppelande (Il Tabarro) influencés par les audaces de Debussy et de Ravel, et la marque profonde laissée dans son œuvre par Wagner.
Giacomo Puccini laisse 38 œuvres musicales.
Date de la première, théâtre, ville