Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Giovanni Bononcini

Opéras:

AlmahideAstartoCaio GraccoCalfurniaCrispoErminiaGriseldaIl GiosuèIl trionfo di CamillaLa conversione di MaddalenaLa Maddalena a'piedi di CristoMario fuggitivoMuzio ScevolaXerse

Cantates:

30 Cantatas, Duos, etc.Allor che in mille pettiAmo e ridir nol possoAmo peno gioiscoAmo sì mà non so direAmor tirannoAnche i tronchi, anche le rupiAnima del cor mioAure che sussurantiBei crini d'oroCantatas, I-MOe Mus.F.1379Cantate e DuettiCentro d'ombrosa valleChi non prova amor in pettoChi non sa che sia tormentoCh'io ti manchi di fedeCorrea dietro a CloriDa dì ch'il ciel severoDal giorno fortunatoDaliso m'intendiDove bambino rivoFra dubbiosi pensieriGenio che amar voleaGode a dolce sopore TirsiIl Giglio amante e sposoImpara a non dar fedeIn siepe odorosa fiorisce la rosaIo che a Filli lontanoIrene idolo amato, Irene addioLasciami un sol momentoLuci siete pur quelleLumi vezzosi lumiLungi della mia FilliNelle scuole eruditeNon ardisco pregarti, amata bellaNon sarei dei fior reinaO frondoso arboscelloPartenza che parti in pezziPiango invan dall'idol mioPiù del Alpe gelatoQuando mai vermigli labbriQuando parli e quando ridiQuanto sarei feliceQuella speranza oh DioRompi l'arco, rompi i lacciSappia e pianga ogni coreSe lontano da meSe parti io moriròSento dentro del pettoSì t'intendo tu voiSiedi AmarilliSorge l'almaSù tapeto odorosoTormento del mio seno
Wikipedia
Giovanni Battista Bononcini (né à Modène le 18 juillet 1670 et mort à Vienne (Autriche) le 9 juillet 1747) est un violoncelliste et compositeur italien de musique baroque.
Le premier professeur de Giovanni Bononcini est son père, Giovanni Maria (1642-1678), lui-même compositeur et musicien d'église à Modène. Après la mort de celui-ci, Giovanni étudie à Bologne, auprès de Giovanni Paolo Colonna.
Établi à Bologne, il joue la basse à la basilique San Petronio et compose de la musique instrumentale et religieuse. Il est nommé maître de chapelle de l'église San Giovanni in Monte et fait partie de l’Accademia Filarmonica.
Il travaille quelque temps à Milan, puis à Rome où il fréquente des mécènes tels que les Pamphili et Colonna. Il aborde alors le genre de l'opéra qui devait établir sa renommée dans toute l'Italie, et même toute l'Europe.
En 1698, il est en effet engagé à la cour de l'empereur du Saint-Empire Léopold I et il reste l'un des musiciens favoris de son successeur Joseph I, jusqu'en 1711. De passage à Berlin, il rencontre le jeune Georg Friedrich Haendel, de quinze ans son cadet, dont il éprouve avec dépit le talent précoce, et que, plus tard, il trouvera à nouveau sur son chemin.
De 1714 à 1719, à Rome, il est au service de Johann Wenzel. Puis, à partir de 1720, il s'établit à Londres, sous le patronage du duc de Marlborough. Le public londonien est alors amateur d'opéra italien, et Haendel y a commencé une grande carrière. Les deux artistes vont se mesurer l'un à l'autre pendant de nombreuses années, soit dans la même entreprise, soit dans des organisations concurrentes. Ainsi, l'opéra Muzio Scevola comporte trois actes, le premier composé par Filippo Amadei, le second par Bononcini, le dernier par Haendel, afin de satisfaire à des délais très courts. Mais plus que de collaboration, il s'agit de productions rivales, chacun des protagonistes remportant tour à tour l'avantage. Les deux hommes enchaînent les créations à succès — pour Bononcini : Astarto (1720), Crispo (1722), Griselda (1722) qui remporte un véritable triomphe, Erminia (1723), Calfurnia (1724)... Bononcini bénéficie également d'un certain parti-pris contre Haendel, en réaction vis-à-vis de la dynastie hanovrienne. Mais l'opéra italien connaît maintenant des difficultés, et pendant que Haendel persiste, Bononcini quitte Londres après avoir quelque peu perdu la face dans une affaire de plagiat.
En 1733 il est à Paris et compose pour le Concert Spirituel. En 1737, il perd beaucoup d'argent à la suite d'une escroquerie. Il mène ensuite une existence errante, accueilli à partir de 1741 par la reine Marie Thérèse à Vienne, où il meurt.
Bononcini a été un compositeur prolifique et prisé dans toute l'Europe. Son œuvre comprend plus de soixante compositions scéniques, presque 300 cantates (profanes), des œuvres religieuses (motets, dont un Stabat Mater, messes et autres), de la musique instrumentale : concertos, sonates, symphonies, etc.