Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: So spät un noch kein Brief von Isabella…Ja glühend, wie des Südens Hauch

Compositeur: Wagner Richard

Opéra: Das Liebesverbot

Rôle: Friedrich (Basse)

Télécharger des partitions gratuites: "So spät un noch kein Brief von Isabella…Ja glühend, wie des Südens Hauch" PDF
Ach, könnt'ich nur ein wenig richten. Brighella. Das Liebesverbot. WagnerMögst du mein Kind. Daland. Der Fliegende Holländer. WagnerWar einst 'ne böse Hexe wol. Gernot. Die Feen. WagnerEin jedes Meistergesanges Bar. Fritz Kothner. Die Meistersinger von Nürnberg. WagnerNun hört, und versteht mich recht! (Pogner's Address). Veit Pogner. Die Meistersinger von Nürnberg. WagnerLeb' wohl (Wotan's Farewell). Wotan. La Walkyrie. WagnerMein Herr und Gott. Der Konig. Lohengrin. WagnerTatest du's wirklich?. Marke. Tristan und Isolde. WagnerDer auf Morgen-Abend-Gluthen. Dandau. Jessonda. SpohrImpara, ingrata, ad esser men crudele. Nicandro. Atalanta. Haendel
Wikipedia
Das Liebesverbot, oder Die Novize von Palermo (« La défense d'aimer, ou la Novice de Palerme ») est un opéra en deux actes composé par Richard Wagner d'après la pièce de William Shakespeare, Measure for Measure (Mesure pour mesure).
Il a été composé en 1834, et Wagner en dirigea la première représentation le 29 mars 1836 à Magdebourg.
Cet opéra, d'un ton léger et alerte, appartient à la jeunesse de Wagner, tant par son style que par ses influences. On note l'influence prépondérante d'un certain italianisme, la manière d'un Rossini. Ce n'est que par la suite que Wagner découvrira et inventera un style plus personnel, plus proche du récit mythique que de la comédie légère.
L'œuvre d'une durée approximative de cinq heures est rarement jouée dans sa version intégrale. Le livret, en allemand, comporte, des récitatifs secco (recitativi secchi : récitatifs secs), voire, à la manière d'un Singspiel, des passages entièrement parlés ; pratique contre laquelle le Wagner de la maturité s'insurgera.
Les chœurs, relativement nombreux dans la partition, et l'orchestration assure une vivacité pleine d'une jeunesse presque naïve. Il est certain qu'en dépit de ses brillants morceaux, l'œuvre marque une étape dans la démarche, dépassée par la suite ; ce qui explique sans doute que cet opéra soit oublié.
« C'est à cette époque aussi qu'il commença à composer son opéra La Défense d'aimer (intitulé aussi La Novice de Palerme) qu'il acheva en 1836, alors qu'il était directeur du théâtre de Magdeburg. Une seule exécution de cette œuvre eut lieu précipitamment le même hiver, avant le licenciement de la troupe de théâtre. Depuis, après avoir causé mille ennuis à son auteur, elle ne fut jamais reprise. »
En 1983, l'orchestre national de Bavière, sous la direction de Wolfgang Sawallisch, donna une version brillante mais incomplète de cette œuvre (elle était significativement écourtée, puisque d'une durée de trois heures seulement).