Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Ich habe keine gute Nächte

Compositeur: Strauss Richard

Opéra: Elektra

Rôle: Klytemnästra (Mezzo)

Télécharger des partitions gratuites: "Ich habe keine gute Nächte" PDF
Sein wir wieder gut. The Composer. Ariadne auf Naxos. StraussSegni di crudeltà dal fiero sposo avrai. Tigrane. Radamisto. HaendelAs with rosy steps the morn. Theodora. HaendelSe l'inganno sortisce felice, io detesto. Polinesso. Ariodante. HaendelChe farò senza Euridice. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckO scemami il diletto. Zenobia. Radamisto. HaendelDeh per questo istante solo. Sextus. La clemenza di Tito. MozartAll' alma fedel. Bradamante. Alcina. HaendelO don fatale. Princess Eboli. Don Carlos. VerdiL'amour est un oiseau rebelle (Habanera). Carmen. Carmen. Bizet
Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Elektra (opus 58) est un opéra en un acte de Richard Strauss. Le livret a été écrit par Hugo von Hofmannsthal, d'après sa pièce de théâtre éponyme créée en 1903 : c'est le premier livret d'une série de six, produit de la collaboration fructueuse entre les deux artistes. Elektra est une réécriture pour un public contemporain de la pièce de Sophocle.
L'opéra est créé le 25 janvier 1909, sur une scénographie d'Alfred Roller au Königliches Opernhaus de Dresde.
La durée d'exécution varie d'1 heure 40 à 2 heures.
L'action se déroule à Mycènes après la guerre de Troie.
Après son retour de la guerre de Troie, Agamemnon est assassiné par sa femme Clytemnestre et son amant Égisthe. Électre, fille de Clytemnestre et d'Agamemnon, a emmené son jeune frère Oreste en sécurité à l'extérieur du pays.
C'est une œuvre pour un très grand orchestre, dans la tradition postromantique. Il s'agit de l'instrumentation la plus fournie qu'ait prescrite Strauss.
L'orchestration d'Elektra ressemble à celle du Ring de Richard Wagner, notamment dans les cuivres, avec la présence de 4 tubas wagnériens parmi les 8 cors, de la trompette basse ou encore du trombone contrebasse. Mais elle est surtout révolutionnaire dans la mesure où les alti et violoncelles sont divisés en sections. Richard Strauss a non seulement repris des instruments rares présents dans Salome comme le heckelphone, la petite clarinette en mi bémol ou encore le contrebasson, mais aussi ajouté de nouveaux instruments tels que les cuivres évoqués précédemment ou les cors de basset. Strauss emprunte également le procédé des « leitmotivs » à Wagner.
Ainsi, on retrouve des thèmes symbolisant Agamemnon (joué avec énergie dès la première mesure de l'opéra par les hautbois, les clarinettes, les cors, les trompettes et les cordes. En mode mineur, durant tout l'opéra, le motif est modulé en majeur à la fin de la pièce et repris de manière triomphale par les trompettes), Electre, Clytemnestre, Egiste (2 motifs qui semblent ridiculiser le personnage et être l'une des rares traces d'ironie dans l'œuvre), la mort présumée d'Oreste (d'abord en mode mineur, ce motif passe également en majeur et symbolise à partir de ce moment le triomphe du frère d'Electre sur leur mère et Egiste)…
L’atmosphère de cet opéra est le plus souvent empreinte de violence, inquiétante et la musique sombre, notamment lorsque Clytemnestre fait part de ses nuits agitées à Electre, quand Oreste arrive au palais, ou au moment où la meurtrière d'Agamemnon se fait assassiner par son fils. Seuls l'espoir de vengeance sur les meurtriers du roi de Mycènes et la fin de l'opéra sont matérialisés par des mélodies claires et grandioses. La plupart des interludes reliant les différentes scènes sont très impressionnants (arrivée de Clytemnestre notamment).