Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Conduisez moi vers celui que j'adore

Compositeur: Offenbach Jacques

Opéra: Robinson Crusoé

Rôle: Edwige (Soprano)

Télécharger des partitions gratuites: "Conduisez moi vers celui que j'adore" PDF
Le péril que court ma vertu. Suzanne. Madame Favart. OffenbachJ'sais bien que c'n'est pas l'usage. Reinette. Le Violoneux. OffenbachMessieurs de mon spécifique. Mathieu Laensberg. Geneviève de Brabant. OffenbachUn jour, jour de détresse. Manuelita. Pépito. OffenbachMon p'tit papa je t'en supplie. Suzanne. Madame Favart. OffenbachTon était un danseur ingambe. Suzanne. Robinson Crusoé. OffenbachA l'heure où la nuit profonde. Isoline. Geneviève de Brabant. OffenbachQue m'importe un titre éclatant. Stella. La Fille du tambour-major. OffenbachJ'étais vraiment très ignorante. Ernestine. Monsieur Choufleuri restera chez lui le.... OffenbachCet habit la ne lui va point. Brigitte. Geneviève de Brabant. Offenbach
Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Robinson Crusoé est un opéra-comique en 3 actes et 5 tableaux de Jacques Offenbach, livret d'Eugène Cormon et d'Hector Crémieux, créé le 23 novembre 1867 à l'Opéra-Comique.
Pour le grand air de Robinson « Voir, c'est avoir », les librettistes citent un extrait de la chanson les Bohémiens de Pierre-Jean de Béranger.
Chez les Crusoé à Bristol, Lady Crusoé, ses nièces Edwige et Suzanne, ainsi que la bonne se préparent pour le thé du dimanche, tandis que Sir William lit à haute voix de sa bible la parabole du fils prodigue. Robinson arrive en retard à la maison, mais comme fils unique et gâté il se fait facilement pardonner de ses parents. Il prend Toby à part et explique qu'il a réservé deux billets en bateau pour l'Amérique du Sud pour lui et Toby le soir même. Edwige, qui est amoureuse de lui, le supplie de ne pas partir. Il hésite, mais elle le laisse pour ne pas détruire son rêve d'aventure. Toby reste finalement cédant à la prière de Suzanne. Robinson décide de partir seul.
Six ans plus tard, Robinson se trouve dans une île désertique à l'embouchure de l'Orinoco. Il a pu s'échapper des pirates qui s'étaient emparé de son bateau. Il vit avec son unique compagnon, Vendredi, qu'il a sauvé de la mort de ses congénères cannibales qui voulaient le sacrifier à leurs dieux. Robinson rêve d'Edwige, et tente d'expliquer ses sentiments à Vendredi.
Dans une autre partie de l'île, Edwige, Suzanne et Toby sont arrivés pour trouver la trace de Robinson. Eux aussi ont été attaqués par les pirates et ont réussi à s'échapper. Toby et Suzanne sont capturés par les cannibales, et tombent nez à nez avec leur ancien voisin de Bristol, Jim Cocks. Lui aussi a été capturé par les cannibales il y a dix ans et il a pu devenir leur cuisinier. Il révèle à Suzanne et à Toby qu'ils vont être mangés au dîner de ce soir. Au crépuscule, Edwige arrive portée par les indigènes, car ils croient qu'Edwige est une déesse blanche. Elle doit être sacrifiée à leur dieu, Saranha. Vendredi espionne tout cela, mais il est pris à son tour. Lorsqu'on allume le bûcher, il tire avec le pistolet de Robinson, les indigènes s'enfuient et il sauve Edwige, Suzanne, Toby et Jim Cocks.
Le lendemain, Robinson découvre Edwige en train de dormir dans sa hutte. Vendredi explique que les pirates ont laissé leur bateau et que les Anglais peuvent prendre le bateau pour rejoindre leur pays, alors que les pirates font la fête à terre. Robinson se met à feindre la folie, trompe les pirates en leur racontant une fausse histoire de trésor enfoui dans la jungle et essaye de rejoindre le bateau ; mais les cannibales les capturent. Robinson s'empare des armes des pirates et leur laisse la vie sauve contre leur bateau. Tout le monde fait voile pour Bristol. L'histoire se termine avec le chef des pirates, qui est aussi le capitaine du bateau, qui marie à bord Robinson et Edwige.
Un seul enregistrement, en langue anglaise, est disponible dans le commerce :
On trouve également un extrait de Robinson Crusoé sur l'enregistrement de Natalie Dessay, Airs d'opéras français – EMI Classics 2007 (n°14, Valse chantée), déjà gravé en studio précédemment par Joan Sutherland.