Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Ah dagli scanni eternei

Compositeur: Verdi Giuseppe

Opéra: Stiffelio

Rôle: Lina (Soprano)

Télécharger des partitions gratuites: "Ah dagli scanni eternei" PDF
Oh cielo! . . . dove son io! . . .
Quale incognita possa qui mi trascina! . . .
Egli verrà ! . . . qui dove tutto è orrore! . . .
In ogni tomba sculto
In cifre spaventose
Il mio delitto io leggo! . . .
Il murmure d'ogn'aura mi par voce
Che un rimprovero tuoni!
Ah di mia madre è questo il santo avello! . . .
Ella sì pura! . . . ed io! . . .
Madre! . . . madre, soccori al dolor mio.

Ah dagli scanni etereni,
Dove beata siedi,
Alla tua figlia volgiti,
L'affanno suo deh vedi;
Queste pentite lagrime
Offri all'Eterno trono,
E se i beati piangon,
Piangi tu pur con me.
Non vorrà  il suo perdono
Neigarmi Iddio per te.
D'amor sull'ali rosee... Tu vedrai che amore in terra. Leonora. Il trovatore. VerdiLa luce langue. Lady Macbeth. Macbeth. VerdiAllor che i forti corrono. Odabella. Attila. VerdiSaper vorreste. Oscar. Un ballo in maschera. VerdiTutto sprezzo che d'Ernani. Elvira. Ernani. VerdiDa Gusman sul fragil barca. Alzira. Alzira. VerdiVieni t'affretta. Lady Macbeth. Macbeth. VerdiPace, pace mio Dio!. Leonora. La forza del destino. VerdiToi qui sus le néant. Elisabeth of Valois. Don Carlos. VerdiMa dall'arido stelo divulsa. Amelia. Un ballo in maschera. Verdi
Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Stiffelio est un opéra en trois actes de Giuseppe Verdi, sur un livret de Francesco Maria Piave, d'après Le Pasteur ou l'évangile au foyer d'Émile Souvestre et Eugène Bourgeois, créé le 16 novembre 1850 au Teatro Grande de Trieste.
Totalement révisé par Verdi, il devient Aroldo sept ans plus tard.
Stiffelio est certainement un des opéras de Verdi les moins interprétés. C'est une œuvre de jeunesse des plus réussies, composée en même temps que Rigoletto Le problème fut la censure italienne qui trouvait immoral le sujet et força Verdi à expurger le livret, à changer le rôle-titre de prêtre en politicien, en bref à changer toute l'histoire. Pourtant il fut donné à Trieste le 16 novembre 1850; Verdi en fut désespéré et ordonna son retrait. Sept ans plus tard, il reprend cet opéra avec une histoire totalement différente, Aroldo, un conte médiéval et détruit le manuscrit original. On n'en parlera plus jusqu'en 1968, après que 2 copies "perdues" ont été découvertes. La nouvelle première eut lieu au Teatro Regio de Parme sous la baguette de Peter Maag, mais là aussi la partition avait été modifiée par un éditeur. Au début Verdi avait été très intéressé par l'idée de cet opéra; Il était lassé des thèmes conventionnels sur lesquels il avait travaillé et cherchait quelque chose de plus contemporain; son librettiste Francesco Maria Piave lui avait parlé d'une pièce française appelée, le Pasteur, qui parlait d'un clergyman et de sa femme adultère. Verdi révolutionnaire moderne de cœur, et catholique uniquement de nom, trouva cette histoire géniale à mettre en musique. Mais la censure catholique ne pouvait oublier que le prêtre était marié. Après l'échec de Stiffelio, Verdi connut le succès avec La Traviata, et content d'avoir porté un coup en faveur du libéralisme, revint pour le reste de sa carrière à des thèmes plus traditionnels.
L’action se déroule en Allemagne, dans le château du comte de Stankar, sur les rives de la Salzbach et dans les environs de Salzbourg, au début du XIX siècle.
Une salle au château du comte Stancar.
Après son retour de voyage, le pasteur Stiffelio raconte une histoire qui lui arriva: un batelier lui a remis le portefeuille d'un homme qui, fuyant la chambre d'une femme, s'est jeté dans le fleuve. Pratiquant le pardon, Stiffelio détruit la pièce à conviction, sans se douter qu'il s'agit de la preuve que sa femme, Lina, est coupable d'adultère. Seul Stancar, le père de Lina, a des soupçons en voyant Raffaele tenter de faire parvenir un message à sa fille par l'intermédiaire d'un livre. Mais il la contraint à garder le silence pour l'honneur de la famille.
La salle de réception du château.
Le pasteur Jorg, également au courant de la tromperie de Lina, est persuadé que le cousin Federico est impliqué dans l'affaire. Stancar s'empare finalement du message.
Un cimetière près d'une vieille église.
Lina se réfugie sur la tombe de sa mère mais est assaillie par Raffaele. Elle le repousse, disant n'avoir cédé qu'en un instant de faiblesse. Stancar provoque Raffaele en duel. Alors qu'il tente de réconcilier les deux hommes, Stiffelio apprend la faute de sa femme. Il est alors déchiré entre la jalousie et le devoir de pardonner en bon chrétien.
Une antichambre au château.
Stancar apprend que Raffaele veut enlever Lina. Stiffelio décide alors d'un entretien avec sa femme, auquel Raffaele doit assister sans se montrer. Lina supplie son mari d'entendre sa confession non comme mari mais comme pasteur. Elle dit alors n'avoir cédé que par faiblesse et toujours vouer à son mari un amour sincère. Pressé de sauver l'honneur, Stancar a déjà tué Raffaele au cours de l'entretien.
L'église.
Malgré son trouble, Stiffelio doit remplir les fonctions de son ministère. Il ouvre alors la Bible et tombe sur le passage de la femme adultère. Son sermon sur le texte biblique le conduit au pardon envers son épouse, bien qu'il soit profondément blessé.
1973 - Mario del Monaco ( Stiffelio) - Angeles Gulin ( Lina) - Giulio Fiovaranti (Stankar) - Angelo Marchiandi (Raffaele) Orchestre et Chœur du théatre San Carlo - Naples - Oliviero de Fabritiis (Chef d'orchestre) Live Performance. Opera d'Oro Allegro.