Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: La pia materna mano

Compositeur: Verdi Giuseppe

Opéra: La battaglia di Legnano

Rôle: Arrigo (Ténor)

Télécharger des partitions gratuites: "La pia materna mano" PDF
O magnanima, e prima delle città  Lombarde,
O Milan valorosa, io ti saluto,
io dalla tomba sorto, al par di te!
S'accese all'ombra delle sacre tue
rinascenti mura il foco ond'io
eternamente avvamperò. -
Divina cagion de'miei sospiri,
io bevo l'aure alfin che tu respiri!

La pia materna mano
chiuse la mia ferita ...
Eppur da te lontano
io non sentia la vita:
Come in un mar di pianto
parea sepolto il cor.
Ah! solo a te d'accanto
saprò ch'io vivo ancor.
O tu che l'alma adora. Ernani. Ernani. VerdiL'ara o l'avella apprestami. Rodolfo. Luisa Miller. VerdiLunge da lei. Alfredo Germont. La traviata. VerdiDi' tu se fedele. Riccardo. Un ballo in maschera. VerdiAll'infelice veglio. Jacopo Foscari. I due Foscari. VerdiO mio castel paterno. Carlo. I masnadieri. VerdiCeleste Aida. Radamès. Aida. VerdiAh padre, figli, sposa. Jacopo Foscari. I due Foscari. VerdiPondo è letal martirio. Carlo VII. Giovanna d'Arco. VerdiDal più remoto esilio... Odio solo ed odio atroce. Jacopo Foscari. I due Foscari. Verdi
Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
La battaglia di Legnano (La Bataille de Legnano en français) est un opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi sur un livret de Salvatore Cammarano, créé au Teatro Argentina de Rome le 27 janvier 1849.
Le sujet est inspiré à Verdi par la bataille de Legnano, qui a eu lieu le 29 mai 1176. Au cours de cette bataille, l'empereur allemand, Frédéric Barberousse fut battu par les Communes lombardes réunies dans la Ligue Lombarde. Cette évocation historique est, pour Verdi, une manière d'établir un parallèle avec la situation contemporaine de l'Italie qui voit naître la révolte de la Lombardie aux mains de l'Autriche. En cette époque du Risorgimento où le sentiment national italien renaît, il tient à soutenir le mouvement qui aboutira à libérer la Lombardie du joug autrichien. Cette volonté est particulièrement flagrante dans plusieurs ensembles dont le chœur d'ouverture « Viva Italia ! », le Serment « S'apressa un dì che all'Austro » (I, 1) et le Serment « Giuriam d'Italia por fine ai danni » (III, 1).
L’action se déroule à Milan (actes I, III et IV) et à Côme (acte II) durant le mois de mai de l'année 1176.
Les soldats milanais défendent la ville sous le commandement de Rolando. Celui-ci retrouve Arrigo, son ami véronais, passé pour mort dans la bataille. Arrigo rencontre aussi Lida, autrefois sa promise, mais qui, de par la volonté de son père, a épousé Rolando.
Arrigo, se pliant au destin, entre dans la « Compagnie de la Mort », l'escadron de cavaliers appelé à la défense du Carroccio, malgré une lettre angoissée de Lida, qui tente de l’en dissuader.
Entre-temps Rolando, qui se prépare à partir pour combattre, est approché par Marcovaldo, un soldat allemand prisonnier, qui lui remet la lettre de Lida pour Arrigo. La colère de Rolando tourne à l'idée de vengeance. Surprenant Lida et Arrigo en pleine conversation, il fait emprisonner son « rival » dans une tour.
Arrigo, ne pouvant pas répondre à l'appel de son escadron et se sentant déshonoré, se jette d'une fenêtre dans les eaux du fleuve. Pendant que Lida et les femmes milanaises prient Dieu pour les soldats, Barberousse est vaincu à la bataille de Legnano.
Parmi les soldats rentrés victorieux, se trouve Arrigo, grièvement blessé, qui après avoir disculpé Lida, meurt en tenant contre son cœur l’étendard du Carroccio.
Chaque acte porte un sous-titre :