Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Torna ai felici

Compositeur: Puccini Giacomo

Opéra: Le Villi

Rôle: Roberto (Ténor)

Télécharger des partitions gratuites: "Torna ai felici" PDF
Ecco la casa Dio, che orrenda notte!
Strane voci m'inseguon
Le Villi...Evvia! Son fole!
No, delle Villi me non perseguita la vendetta fatal!
Tu sol m'insegui, rimorso!
Vipera infernal!
Tu sol m'insegui, rimorso!
Vipera dal velno infernal!

Torna ai felici dì dolente il mio pensier,
Ridean del maggio i fior, fioria per me l'amor.
Or tutto si coprì di mister...
Ed io non ho nel cor che tristezza e terror,
Forse ella vive! Bussiam!
Qual brivido mi colse!
Invan di quella soglia tentai
Sul limite levar la man!
Pur d'intender parmi davero un canto lugubre!
O sommo Iddio! Del mio cammino,
O sommo Iddio, del mio destin quest'è la meta...
Fa che il perdono, fa che il perdon
La renda lieta un solo istante e poi morrò!
Pregar non posso! Ah, maledetto il dì
Che andai lontan di qui!
Maledetta sia la tua bellezza, o cortigiana vil...
Maledetta in eterno! Maledetta!
O dolci mani. Mario Cavaradossi. Tosca. PucciniTra voi, belle, brune e bionde. Il Cavaliere Renato des Grieux. Manon Lescaut. PucciniAmore o grillo. Benjamin Pinkerton. Madame Butterfly. PucciniAddio fiorito asil. Benjamin Pinkerton. Madame Butterfly. PucciniBella signora il pianto sciupa gli occhi. Edgar. Edgar. PucciniCh'ella mì creda libero. Dick Johnson. La fanciulla del West. PucciniFirenze è come un albero fiorito. Rinuccio. Gianni Schicchi. PucciniForse, come la rondine. Prunier. La rondine. PucciniDonna non vidi mai. Il Cavaliere Renato des Grieux. Manon Lescaut. PucciniMario Cavaradossi?. Mario Cavaradossi. Tosca. Puccini
Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Le Villi est un opéra-ballet en deux actes de Giacomo Puccini, livret de Ferdinando Fontana.
La première représentation a eu lieu à Milan, au Teatro Dal Verme, le 31 mai 1884. Interprètes : Rosina Caponetti, Antonio d'Andrade; direction Arturo Panizza.
Puccini a écrit Le Villi peu après avoir eu le prix de composition au conservatoire de Milan. C'est son professeur, Amilcare Ponchielli, qui lui a suggéré de participer au concours mis en place par l'éditeur Sonzogno, et annoncé le 1 avril 1883 dans la revue "Il teatro illustrato". Amilcare Ponchielli a mis en contact Puccini avec le poète Ferdinando Fontana, qui avait déjà prêt un sujet à lui proposer. La rencontre entre Puccini, Ponchielli et Fontana s'est produite autour du 20 juillet à Lecco. Peu de jours après, dans une lettre à sa mère Albina, Puccini se déclara content du sujet.
En réalité, Fontana avait dans un premier temps destiné le livret à un autre compositeur, désigné dans les lettres par «40» et qui peut être identifié avec le prolifique auteur de romances de salon Francesco Quaranta (Naples, avril 1848 - Milan, mars 1897). Sur ce précédent accord, le poète apparaît déjà divisé au début d'août. Selon le témoignage de Fontana lui-même, le livret fut remis au mois de septembre. Grâce à l'intercession de Ponchielli, Fontana accepta de vendre le livret à des conditions économiques: 100 lires lors de la remise et 200 en cas de victoire au concours.
Le manuscrit autographe, aujourd'hui conservé dans les Archives Ricordi, fut remis le dernier jour, le 31 décembre 1883, comme il résulte d'une note autographe de la commission écrite sur la première page. Les fascicules isolés portent le titre Le Willis, à l'exception du premier, qui porte le titre définitif. Les deux intermezzi symphoniques sont de la main d'un copiste et ont été très probablement insérés dans un second temps en remplacement des pages correspondantes autographes; car les deux copies manuscrites portent une date antérieure à la remise de l'œuvre ("L'abbandono" «Lucca 10.11.83», "La tregenda" «21.11.83»), Dieter Schickling a fait l'hypothèse que le compositeur avait prévu de les faire exécuter séparément, quel que soit le résultat du concours.
Au début d'avril 1884, la commission, constituée d'Amilcare Ponchielli (président), Amintore Galli, Franco Faccio, Cesare Dominiceti et Pietro Platania, a annoncé les résultats du concours. Non seulement l'opéra de Puccini n'avait pas gagné, mais n'avait pas été classé dans les 5 (sur 28) considérés dignes d'une mention. Le premier prix avait été attribué ex aequo à La fata del Nord de Guglielmo Zuelli et à Anna e Gualberto de Luigi Mapelli, le livret de ce dernier opéra étant du même Fontana. Dans le passé ont été avancées deux hypothèses pour expliquer cet échec: la remise du manuscrit hors délai et la difficulté de lecture de l'écriture de Puccini. Mais, la première hypothèse est invalidée par la date que la commission a écrite sur la partition et la seconde par l'incontestable lisibilité du manuscrit, dont une partie est de la main d'un copiste. À la lumière de tout cela, la critique est plutôt d'accord aujourd'hui pour considérer l'échec des Villi au concours Sonzogno comme le fruit d'une manœuvre éditoriale: une vraie machination de Ricordi contre l'éditeur concurrent. La commission examinatrice comportait en fait d'importantes personnalités liées à la maison Ricordi, dont Faccio et surtout Ponchielli, le professeur de Puccini au conservatoire de Milan, qui, outre de bien connaître l'écriture de son élève, s'était personnellement impliqué afin que Puccini puisse participer au concours. Il est possible que ce soient simplement ces membres du comité qui se sont opposés à la victoire de Puccini qui sinon aurait signé avec la Maison Sonzogno.
Fontana puise le sujet des Villi dans le récit d'Alphonse Karr Les Willis (1852), lui-même inspiré du ballet Giselle (1841) mis en musique par Adolphe Adam sur un livret de Théophile Gautier. Aucune des deux sources n'est citée dans le livret, cependant le nom d'Alphonse Karr figure sur le manuscrit de la première partie de l'intermezzo symphonique.
La source des Villi - créatures fantastiques, qui vengent impitoyablement l'amour bafoué - se trouve dans une ancienne légende, originaire de l'Europe centrale et très connue en Autriche, qui pour la première fois reçoit une forme littéraire dans Über Deutschland II: Elementärgeister und Dämonen, l'essai que Heinrich Heine consacre aux Fantômes et aux démons en Allemagne, publié en 1834.
De semblables sujets fantastiques, riches en allusions magiques et métaphysiques, étaient à la mode dans l'Italie du nord de cette époque, recherchés en particulier par les auteurs de la Scapigliatura, ce mouvement littéraire auquel appartenait Fontana.
Printemps. Dans un village de la Forêt-Noire on fête les fiançailles entre Roberto (ténor) et Anna (soprano), fille de Guglielmo Wulf (baryton), riche propriétaire du lieu.
Anna toutefois est triste parce que son fiancé doit aller à Mayence (en italien : Magonza), en vue de prendre possession des biens laissés en héritage par une ancienne épouse.
Par la voix d'un narrateur, on apprend que le pressentiment d'Anna était avéré. Arrivé dans la ville, Roberto se laisse séduire par une « sirène », oubliant la fiancée lointaine, qui entre-temps est morte de douleur. Enfin, abandonné par son amante, Roberto décide de retourner au pays pour implorer le pardon d'Anna, dont il ignore le sort tragique.
Hiver. De nuit. Le vieux Guglielmo, qui ne peut trouver la paix, invoque l'intervention des Villi: ces créatures magiques qui se réunissent les nuits de pleine lune pour faire danser sauvagement jusqu'à la mort ceux qui ont trahi leur amour.
Près du village, pris par la nostalgie et le remords, Roberto entrevoit le fantôme d'Anna, qui avec une infinie tristesse s'adresse à lui pour lui rappeler ses promesses de fidélité et la trahison dont il s'est rendu coupable.
Roberto fait un geste pour aller vers elle, quand une foule de Villi l'attrape et l'entraîne dans une danse tourbillonnante. À l'aube, alors que Roberto gît désormais sans vie, les Villi s'éloignent et avec eux disparaît, enfin calmé, le fantôme de la morte par amour.