Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Si corre dal notaio

Compositeur: Puccini Giacomo

Opéra: Gianni Schicchi

Rôle: Gianni Schicchi (Baryton)

Télécharger des partitions gratuites: "Si corre dal notaio" PDF
Si corre dal notaio.

``Messer notaio, presto,
Via da Buoso Donati!
C'è un gran peggioramento!
Vuol fare testamento!
Portate su con voi le pergamene,
presto, messere, se no è tardi!''

Ed il notaio viene. Entra:
la stanza è semi oscura,
dentro il letto intravede
di Buoso la figura!!
In testa la cappellina!
al viso la pezzolina!
Fra cappellina e pezzolina
un naso che par quello
di Buoso e invece è il mio,
perchè al posto di Buoso ci son io.
Io, lo Schicchi con altra voce e forma!
Io falsifico in me Buoso Donati,
testando e dando al testamento norma!
O gente! questa matta bizzarria
che mi zampilla nella fantasia
è tale da sfidar l'eternità !!
Questo amor, vergogna mia. Frank. Edgar. PucciniPerchè, perchè non m'ami più?. Michele. Il tabarro. PucciniScorri, fiume eterno. Michele. Il tabarro. PucciniMinnie, dalla mia casa son partito. Jack Rance. La fanciulla del West. PucciniNo! possibil non è… Anima santa. Guglielmo Wulf. Le Villi. PucciniSei splendida e lucante. Lescaut. Manon Lescaut. PucciniGia mi dicon venal. Baron Scarpia. Tosca. PucciniHa piu forte sapore. Baron Scarpia. Tosca. PucciniVa, Tosca!. Baron Scarpia. Tosca. PucciniDi due figli vivea. Ferrando. Il trovatore. Verdi
Wikipedia
Gianni Schicchi est un opéra-comique en un acte de Giacomo Puccini. C’est le troisième opéra du cycle appelé Il trittico (« Le Triptyque »). Le livret italien de Giovacchino Forzano est fondé sur une histoire racontée dans la Divine Comédie de Dante (Enfer, XXX, 22-48). Il fut représenté pour la première fois au Metropolitan Opera de New York le 14 décembre 1918.
L'aria pour soprano « O mio babbino caro » est l'extrait le plus célèbre de l'opéra.
Les trois opéras qui constituent ce cycle (ce triptyque, en italien trittico) ont pour titre : Il tabarro, Suor Angelica et Gianni Schicchi.
Ce dernier opéra fut écrit très rapidement. Le sujet plaisait tellement à Puccini, qu'il laissa de côté une autre de ses œuvres en gestation, Suor Angelica, pour s'y consacrer pleinement. Les premières esquisses datent de l'été 1917 et une première version a été établie en avril 1918. La partition, polie pendant l'automne de la même année, fut présenté au public américain du Metropolitan Opera le 14 décembre 1918, dans le cadre de la première du Trittico.
Contrairement aux deux autres volets du Triptyque, Gianni Schicchi connut un très grand succès, éclipsant Il Tabarro et Suor Angelica. C'est le seul qui ait vraiment plu à la critique qui voit un nouveau Falstaff en cet opéra. Depuis, il a souvent été donné avec des opéras courts comme L'Heure espagnole de Ravel.
Florence Easton créé le rôle de Lauretta à la première mondiale de Gianni Schicchi, le 14 décembre 1918 au Metropolitan Opera ; elle est la première à chanter le célèbre air "O mio babbino caro" ("O Mon bien-Aimé Papa"). Puccini ne peut se rendre à New York pour la première, le directeur général du Met Giulio Gatti-Casazza envoie un télégramme à Puccini, après l'exécution de la Trittico:
"Très heureux d'annoncer le complet succès authentique du Trittico. À la fin de chaque opéra, de longues manifestations très sincères, plus de quarante chauds rappels. En dépit de l'avis public interdisant les rappels, l'aria de Lauretta étaient répété. Force principale (Roberto) Moranzoni magnifique. Farrar, Muzio, Easton, De Luca, Montesanto, Didur chanteurs et acteurs incomparables. La presse quotidienne confirme le succès en s'exprimant très favorablement sur la valeur des opéras pour Schicchi".
Florence au XIII siècle, le vieux Buoso Donati vient de mourir, léguant par testament tous ses biens au clergé. Sa famille affolée fait appel à Gianni Schicchi, lequel imagine se substituer au défunt pour dicter au notaire un nouveau testament. Il en profite pour s'attribuer les biens du disparu.
Cet opéra contient des scènes d'ensemble, mais pas de chœur. Le ton est vif comme dans les deux premiers actes de La Bohème, mais, mis à part quelques airs très lyriques, la farce est cynique et grinçante et la musique parfois acide préfigure plus Chostakovitch qu'elle ne rappelle Falstaff.