Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Vivi ingrato, a lei d'accanto

Compositeur: Donizetti Gaetano

Opéra: Roberto Devereux

Rôle: Elisabetta, Queen of England (Soprano)

Télécharger des partitions gratuites: "Vivi ingrato, a lei d'accanto" PDF
ELISABETTA
(Vana la speme non fia
Presso a morir, l'augusta gemma
Ei recar mi farà... Pentito il veggo
Alla presenza mia
Pur fugge il tempo!
Vorrei fermar gl'istanti.
E se la morte,
Ond'esser fido alla rival, scegliesse?
Oh truce idea funesta!
S'ei già move al palco?
Ah! Crudo! Arresta!

Vivi, ingrato, a lei d'accanto,
Il mio core a te perdona
Vivi, o crudo, e m'abbandona
In eterno a sospirar
Ah! si celi questo pianto,
gettando uno sguardo alle Dame, e rammentandosi d'esser osservata
Ah! non sia chi dica in terra:
La Regina d'Inghilterra
Ho veduto lag rimar.
Vivi, ingrato, e m'abbandona, ecc.)


SCENA SETTIMA
Cecil, Cavalieri e dette.


ELISABETTA
Che m'apporti?

CECIL
Quell'indegno
Al supplizio s'incammina.

ELISABETTA
(Ciel! ) Al supplizio?

CECIL
Sì.

ELISABETTA
Nè diede un qualche pegno
Da recarsi alla Regina?

CECIL
Nulla diede.

Odesi un procedere di passi affrettati.

ELISABETTA
(Ingrato!)
Alcun s'appressa!
Deh! si vegga

CECIL
È la duchessa!


SCENA OTTAVA
Sara, Gualtiero e detti.
Sara, sciolte le chiome, e pallida come un estinto, si precipita ai piè di Elisabetta: ella non può articolar parola, ma sporge verso la regina l'anello d Essex.


ELISABETTA
Questa gemma donde avesti?
nella massima agitazione
Quali smanie! qual pallore! .
Oh sospetto! E che! potesti forse?
Ah! parla.

SARA
Il mio terrore
Tutto dice lo son Ah!

ELISABETTA
Finisci.

SARA
Tua rivale!

ELISABETTA
Ah!

SARA
Me punisci
Ma del Conte serba i giorni

ELISABETTA
ai Cavalieri
Deh! correte deh! volate
Pur ch'ei vivo a me ritorni,
Il mio serto domandate
CORO Di LORD
Ciel, ne arrida il tuo favore
Quando rapito in estasi. Lucia di Lammermoor. Lucia di Lammermoor. DonizettiPiacer si nuovo e grato. Norina. I pazzi per progetto. DonizettiCupa fatal mestizia... Ben fu il giorno avventurato. Maria. Maria di Rohan. DonizettiQuella vita a me funesta. Elisabetta. Maria Stuarda. DonizettiPreghiera: Havvi un Dio che in sua clemenza. Maria. Maria di Rohan. DonizettiCome innocente giovane…Non v'ha sguardo. Anna Bolena. Anna Bolena. DonizettiUna voce al cor d'intorno. Gemma. Gemma di Vergy. DonizettiRayons dorés (Dolce zeffiro, il seconda). Inès (Inez). La Favorite. DonizettiEra desso il figlio mio. Lucrezia Borgia. Lucrezia Borgia. DonizettiIl dolce suono mi colpì di sua voce. Lucia di Lammermoor. Lucia di Lammermoor. Donizetti
Wikipedia
Roberto Devereux (Robert Devereux) est une tragédie lyrique en 3 actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Salvatore Cammarano créé le 29 octobre 1837 au Teatro San Carlo de Naples. Après Elisabetta al castello di Kenilworth (1829) et Maria Stuarda (1834), c'est le troisième et dernier des opéras de Donizetti où apparaît la reine Élisabeth I d'Angleterre.
Le livret de Roberto Devereux est vaguement inspiré d'un épisode historique : le complot fomenté contre Élisabeth I d'Angleterre par son favori Robert Devereux, 2 comte d'Essex, exécuté le 25 février 1601. Cette affaire avait inspiré quatre pièces de théâtre en France : trois intitulées Le comte d'Essex (La Calprenède, 1637 ; Thomas Corneille, 1678 ; Claude Boyer, 1678) et une intitulée Élisabeth d'Angleterre (1829) par Jacques-François Ancelot (1794-1854) qui est la source du livret de Salvatore Cammarano.
En vérité, celui-ci procède encore plus directement d'un livret de Felice Romani, Il conte d'Essex (1833), mis en musique par Saverio Mercadante et représenté le 10 mars 1833 à la Scala de Milan avec peu de succès. La composition de l'œuvre, commandée par le Teatro San Carlo de Naples, intervient dans une période particulièrement difficile de la vie de Donizetti puisque celui-ci, après avoir vu disparaître son père et sa mère en 1836, voit sa femme accoucher pour la troisième fois d'un enfant mort-né puis la perd quelques semaines plus tard en juillet 1837 et achève l'opéra alors que Naples est dévastée par le choléra : « pour moi, écrit-il le 4 septembre, ce sera l'opéra de mes émotions ». Aussi est-il persuadé que Roberto Devereux est de mauvais augure. Comme pour lui donner raison, la prima donna, Giuseppina Ronzi de Begnis, et le titulaire du rôle du duc de Nottingham, le basque Paul Barroilhet, tombent d'ailleurs malades durant la première série de représentations qui doit, pour cette raison, être interrompue prématurément après le très grand succès de la création à Naples le 29 octobre 1837.
L'ouvrage est rapidement repris dans les principales villes italiennes avant d'être monté un peu partout en Europe. Il est créé à Paris au Théâtre des Italiens le 27 décembre 1838 avec Giulia Grisi dans le rôle d'Elisabetta, puis à Londres (1840), Bruxelles (1840), Amsterdam (1840), New York (1849, 1863), La Havane, Buenos Aires... La première représentation en langue française (Robert Devereux) a lieu le 15 février 1841 au Théâtre des Arts de Rouen. L'ouvrage est régulièrement joué jusque dans les années 1880 avant de disparaître du répertoire, comme tant de partitions bel cantistes.
Roberto Devereux n'est exhumé que dans les années 1960 à l'occasion de la fameuse « Donizetti renaissance ». Il est repris à Naples en 1964 avec Leyla Gencer dans le rôle d'Elisabetta. Montserrat Caballé chante le rôle aux États-Unis et à Venise et triomphe au Festival d'Aix-en-Provence en 1977, aux côtés de José Carreras dans le rôle-titre. Beverly Sills grave la première intégrale en studio. Plus récemment, Edita Gruberová est une interprète remarquée du rôle d'Elisabetta.
Nombreux sont les commentateurs qui trouvent à Roberto Devereux une intensité dramatique et musicale rarement atteinte par le compositeur, certains la rattachant aux circonstances personnelles dramatiques qui ont entouré la composition de l'ouvrage. D'autres, plus critiques, ont décrit Roberto Devereux comme « un Lucia sans airs ». De fait, la musique de cet opéra apparaît étroitement liée à l'action dramatique, d'une manière qui semble renouer avec celle que Donizetti avait précocement expérimentée dans Anna Bolena (1830)
L'action se déroule à Londres en 1598.
L'ouverture a été écrite à l'occasion de la première parisienne en 1838. Elle comporte une variante pour bois de God Save the Queen, passablement anachronique puisque cet air ne remonte pas au-delà du XVIII siècle, mais qui en fait le principal intérêt et a justifié qu'elle soit mise au programme des concerts dirigés par Richard Bonynge vers 1970.
Au Palais de Westminster.
Les appartements de la duchesse au Palais Nottingham.
Une splendide galerie du Palais de Westminster.
Au Palais Nottingham.
Le cachot de Roberto à la Tour de Londres.
Au Palais de Westminster.