Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Glück, das mir verblieb (Marietta's Lied)

Compositeur: Korngold Erich Wolfgang

Opéra: Die tote Stadt

Rôle: Marietta (Soprano)

Télécharger des partitions gratuites: "Glück, das mir verblieb (Marietta's Lied)" PDF
MARIETTA
Nun, hören Sie.
 
(singt)
 
Gluck, das mir verblieb,
Rück zu mir, mein treues Lieb.
Abend sinkt im Haag
Bist mir Licht und Tag.
Bange pochet Herz an Herz.
Hoffnung schwingt sich himmelwärts.
 
PAUL
(wie verloren)
Wie wahr, ein traurig Lied.
 
MARIETTA
Das Lied vom treuen Lieb,
Das sterben muß.
 
(wird aufmerksam)
 
Was haben Sie?
 
PAUL
Ich kenne das Lied.
Ich hört es oft in jungen,
In Schöneren Tagen...
Es hat noch eine Strophe,
Weiß ich sie noch?
 
(er setzt mechanisch fort. Sie spielt die Laute und fällt
ein. Die Strahlen der untergehenden Sonne überfluten
beide.)
 
Naht auch Sorge trüb,
Rück zu mir, mein treues Lieb.
Neig dein blaß Gesicht,
Sterben trennt uns nicht.
Mußt du einmal von mir gehn,
Glaub, es gibt ein Auferstehn.
 
(läßt erschüttert das Haupt auf die Brust sinken.
Marietta blickt ihn erst befremdet, dann spöttisch
an. Pause.)
Dich such'ich Bild!. Marietta. Die tote Stadt. KorngoldO Patria Mia. Aïda. Aida. VerdiAdieu, notre petite table. Manon Lescaut. Manon. MassenetDis-moi que je suis belle. Thaïs. Thaïs. MassenetEn couronnes tressons les roses. Oreste. La Belle Hélène. OffenbachLo vidi e'l primo palpito. Luisa Miller. Luisa Miller. VerdiAl dolce guidami castel natio. Anna Bolena. Anna Bolena. DonizettiO mio babbino caro. Lauretta. Gianni Schicchi. PucciniJe veux lui plaire. Fatma. Le Caïd. ThomasSe crudele il cor mostrai. Betly. Betly. Donizetti
Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Die tote Stadt (La Ville morte) est un opéra en trois actes d'Erich Wolfgang Korngold sur un livret du compositeur (sous le pseudonyme de Paul Schott) et de son père d'après la pièce Le Mirage adaptée du roman Bruges-la-Morte (1892) de Georges Rodenbach.
L'ouvrage est créé simultanément le 4 décembre 1920 à Hambourg sous la direction d'Egon Pollack, et à Cologne sous la direction d'Otto Klemperer. Création française en janvier 1982 au Théâtre des Champs-Élysées sous la direction d'Henry Lewis.
Dans l'atmosphère brumeuse de Bruges, Paul vit immergé dans le souvenir de sa femme défunte, Marie. Son ami Frank et sa femme de chambre Brigitta tentent vainement par des reproches de le sortir de son obsession. Paul croit voir sa femme réincarnée dans la danseuse Marietta qui lui chante la chanson que Marie lui chantait : Glück, das mir verblieb. Marietta semble prête à l'aimer.
L'ouvrage se rattache au mouvement du post-romantisme allemand augmenté de références au symbolisme. S'y entrecroisent les influences de Puccini, Richard Strauss, Gustav Mahler.