Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: Che puro ciel

Compositeur: Gluck Christoph Willibald

Opéra: Orphée et Eurydice

Rôle: Orfeo (Mezzo)

Télécharger des partitions gratuites: "Che puro ciel" PDF
Deh placatevi con me. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckChe farò senza Euridice. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckMen tiranne voi sareste. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckChe farò senza Euridice. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckCerco il mio ben cosi. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckAd un riso. Tangia. Le cinesi. GluckDeh placatevi con me. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckChiamo il mio ben cosi. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckCerco il mio ben cosi. Orfeo. Orphée et Eurydice. GluckSans votre brusque retraite. Balkis. La Rencontre imprévue. Gluck
Wikipedia
Ranieri de’ Calzabigi
Atto d'Orfeo (Acte d'Orphée), 24 août 1769 :Teatrino di corte de Parme, deuxième version en italien, pour soprano castrat, donnée comme troisième acte du spectacle coupé Le feste d'Apollo (it) de Gluck(livret original en ligne).
Orphée et Euridice, 2 août 1774 :Théâtre du Palais-Royal de Paris, (Académie Royale de Musique), version en français sur en livret traduit et augmenté par Pierre-Louis Moline(livret français et partition en ligne).
Orphée, 19 novembre 1859 :Théâtre-Lyrique de Paris, version remaniée par Hector Berlioz, en quatre actes, avec le rôle-titre masculin ré-transposé pour une mezzo-soprano en travesti.
Orphée et Eurydice (titre original en italien Orfeo ed Euridice) est le trentième et plus célèbre opéra de Christoph Willibald Gluck. Il s'agit d'une azione teatrale per musica, ou, selon les indications de la version française, d'une tragédie opéra (drame héroïque) en trois actes. Il raconte le mythe grec d'Orphée et Eurydice.
Il en existe au moins quatre versions différentes :
L'œuvre originale fut créée à Vienne le 5 octobre 1762 au Burgtheater en présence de l'impératrice Marie-Thérèse. Le livret en italien est de Ranieri de’ Calzabigi ; la chorégraphie du ballet était réglée par Gasparo Angiolini ; le rôle titre était tenu par le castrat Gaetano Guadagni.
Acte I
Acte II
Acte III
2 hautbois,
1 chalumeau,
2 bassons
2 Cornets à bouquin,
2 trompettes,
3 trombones
Lors de son séjour en France, invité par la jeune dauphine Marie-Antoinette d'Autriche, le compositeur dut adapter son opéra selon le goût français en confiant le rôle principal à une voix de haute-contre (ténor à la tessiture élevée) sur un livret traduit par Pierre-Louis Moline et sous le titre Orphée et Euridice. Le 2 août 1774, au Théâtre du Palais-Royal à Paris, il remporta un triomphe, avec Joseph Legros dans le rôle d'Orphée et Sophie Arnould dans celui d'Euridice.
2 hautbois,
2 clarinettes,
2 bassons
2 trompettes,
3 trombones (Sacqueboute)
Hector Berlioz dut procéder à un remaniement pour permettre à la mezzo-soprano Pauline Viardot de chanter Orphée. La première eut lieu le 19 novembre 1859 au Théâtre-Lyrique, à Paris. À partir de la version de Berlioz et pendant plus d'un siècle, beaucoup d’autres versions de moins en moins fidèles aux volontés du compositeur ont été créées par la suite et chantées, très souvent en italien, par d’innombrables contraltos et mezzo-sopranos, ce qui a par ailleurs contribué à maintenir ce chef-d'œuvre constamment au répertoire.
Ces dernières décennies, on a assisté au retour à l'une des deux versions originales principales, le plus souvent la version de Vienne. La version de Berlioz conserve ses défenseurs. Guère d'intérêt n'a été montré pour la version de Parme peut-être par crainte d'une trop grande homogénéité de timbre (il n'y a que des sopranos dans la distribution). Il existe aussi des versions transposées pour baryton, qui ont été interprétées entre autres par Dietrich Fischer-Dieskau et Hermann Prey. On doit également à la directrice musicale et organiste Nariné Simonian une transposition pour orgue, flûte et harpe de la version 1774, dont la première mondiale a été donnée à Paris le 14 mai 2011.
(et Eurydice)
Orphée et Eurydice comporte trois actes.
Après une ouverture enlevée et joyeuse, le rideau se lève à l'acte I sur une scène de déploration. Orphée et le chœur se lamentent près du tombeau d'Eurydice. Orphée, resté seul, prend la résolution de mettre fin à ses jours lorsqu'il apprend de l'Amour qu'il pourra récupérer Eurydice s'il parvient à convaincre l'Enfer, à la seule et unique condition qu'il ne regarde pas son épouse lors du trajet de retour à travers les enfers.
À l'acte II, un très impressionnant chœur infernal tente de barrer la route à Orphée mais, par son chant, ce dernier parvient à émouvoir les esprits qui lui cèdent le passage. Un ciel serein succède aux sombres bords du Cocyte, prétexte dans la version parisienne à un ravissant ballet des Ombres heureuses. Eurydice paraît et retrouve Orphée.
À l'acte III, les deux époux remontent vers la terre mais Eurydice s'inquiète de l'indifférence d'Orphée qui ne peut la regarder, ni expliquer la raison de son attitude. À l'écoute de ses reproches, il ne peut s'empêcher de se retourner et elle expire dans ses bras. Orphée se lamente dans le célèbre Che farò senza Euridice (dans la version française : J'ai perdu mon Euridice). L'Amour surgit pour l'empêcher de se suicider et lui rend Eurydice, l'œuvre s'achevant dans la version parisienne par un long ballet.
Les enregistrements sont fort nombreux. Voici un choix parmi les plus notables :