Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: A ma maîtresse J'avais promis, Seigneur

Compositeur: Gluck Christoph Willibald

Opéra: La Rencontre imprévue

Rôle: Dardanée (Soprano)

Télécharger des partitions gratuites: "A ma maîtresse J'avais promis, Seigneur" PDF
Divinités du Styx. Alceste. Alceste. GluckJ'ai perdu mon doux ramage. Amine. La Rencontre imprévue. GluckQuegli occhi belli. Paris. Pâris et Hélène. GluckForse più d'una beltà. Helene. Pâris et Hélène. GluckDi te scordarmi e vivere!. Paris. Pâris et Hélène. GluckJe n'ai jamais chéri la vie. Alceste. Alceste. GluckFatal divinità. Alceste. Alceste. GluckÈ quest'asilo ameno e grato. Euridice. Orphée et Eurydice. GluckÔ toi qui, prolongeas mes jours. Iphigénie. Iphigénie en Tauride. GluckO Dei, del mio fato tiranno. Alceste. Alceste. Gluck
Wikipedia
Les Pèlerins de la Mecque ou la Rencontre imprévue Wq. 32 est une comédie mêlée d'ariettes, forme d'opéra comique, que Christoph Willibald Gluck composa en 1763 sur un livret de L.H. Dancourt inspiré de la pièce Les Pèlerins de la Mecque de 1726 écrite par Alain-René Lesage et Jacques-Philippe d'Orneval. La mort d'Isabelle de Bourbon-Parme, épouse de l'archiduc, entraîna une révision du texte pour dédramatiser la mort feinte par laquelle la princesse Rézia éprouve son bien-aimé. Après une première répétition de la première version le 31 octobre 1763, la seconde version de l'œuvre fut interprétée sous le titre Ali et Rézia ou la Rencontre imprévue au Burgtheater de Vienne le 7 janvier 1764 et fut souvent reprise sous le titre Die Pilger von Mekka (Les Pèlerins de la Mecque, mais la version originale n'eut sa première qu'en 1990.
Haydn adapta La Rencontre imprévue et l'accompagna d'une nouvelle musique dans L'incontro improvviso (en) (1775), et la reprise de la version de Gluck en 1780 a sans doute inspiré l'intrigue de L'Enlèvement au sérail de Mozart. En 1784, Mozart écrit une série de variations pour piano (K.455) sur Unser dummer Pöbel meint, basé sur l'air Les hommes pieusement de Calender. En 1887, Tchaïkovski orchestra ces variations pour former le dernier mouvement de sa Suite n 4, dite Mozartiana.