Аirs
Duos...
Opéras
Cantates
Compositeurs
Switch to English

Aria: O Richard, o mon Roi!

Compositeur: Grétry André

Opéra: Richard Cœur-de-Lion

Rôle: (Baryton)

Télécharger des partitions gratuites: "O Richard, o mon Roi!" PDF
Non jamais, non jamais. Gesler. Guillaume Tell. GrétryEin Mädchen oder Weibchen. Papageno. La Flûte enchantée. MozartHieher! Dorthin! Hehe! Hoho!. Alberich. L'Or du Rhin. WagnerBasta che sol tu chieda. Argante. Rinaldo. HaendelDans cet objet touchant. Oreste. Iphigénie en Tauride. GluckSe vuol ballare signor Contino. Figaro. Les Noces de Figaro. MozartBella siccome un angelo. Doctor Malatesta. Don Pasquale. DonizettiUzhel ta samaja Tatiana (Onegin's Arioso). Eugene Onegin. Eugène Onéguine. TchaïkovskiMetà di voi qua vadano. Don Giovanni. Don Giovanni. MozartLargo al factotum. Figaro. Le Barbier de Séville. Rossini
Wikipedia
Richard Cœur-de-Lion est un opéra-comique composé par André Grétry sur un livret de Michel-Jean Sedaine. Cette œuvre se situe au sommet de la carrière de Grétry et est « peut-être le plus universellement connu des operas-comiques du XVIII siècle ».
L'histoire prend sa source dans la légende de la captivité du roi Richard I d'Angleterre.
La première eut lieu à la Comédie-Italienne, à Paris, le 21 octobre 1784 dans une version en trois actes. Une autre version en quatre actes fut donnée au château de Fontainebleau le 25 octobre 1785, et plus tard à Paris le 21 décembre. Elle fut pourtant très mal reçue et, vite remaniée, une nouvelle version définitive en trois actes fut bientôt représentée à la Comédie-Italienne le 29 décembre. Celle-ci obtint enfin un vif succès et est entrée depuis au répertoire de l'Opéra-Comique. Elle compta au total, jusqu'en 1827, 485 répresentations. En 1841 Adolphe Adam élabora une nouvelle instrumentation pour la reprise, toujours à l'Opéra-Comique. Dans les décennies suivantes jusqu'en 1910, on enregistra plus de 600 représentations dans le théâtre parisien. D'autres (302) avaient eu lieu au Théâtre Lyrique, toujours dans la capitale, entre 1856 et 1868.
Pour la première la distribution fut la suivante :
De retour de la Troisième croisade, le roi Richard Cœur de Lion est emprisonné par Léopold V d'Autriche. Blondel, qui recherche son roi pour le libérer, se déguise en troubadour aveugle et arrive enfin au château de Linz où il rencontre Sir Williams et sa fille Laurette, deux compatriotes qui lui indiquent qu'un prisonnier inconnu habite le château. Laurette est amoureuse du gouverneur de cette place, Florestan. La comtesse Marguerite d'Artois, amoureuse du roi Richard, arrive elle aussi et reconnaît Blondel à une romance que le roi avait composée pour elle.
Au second acte, Richard se souvient de Marguerite « Si l'univers entier m'oublie ». Blondel, qui se doute que le prisonnier est son roi, chante au pied du château Une fièvre brûlante. Le roi Richard reconnaît la musique et essaye de communiquer avec Blondel. Lors d'une fête, Florestan, qui a déclaré par un billet sa flamme à Laurette, est arrêté par Sir Williams et le Roi peut être libéré.
Richard Cœur-de-Lion est le premier opéra-comique comportant un air récurrent qui sera repris de manière différente dans toute l'œuvre sept fois. Il est aussi un des tout premiers opéras historiques. Grétry continuera ensuite avec Pierre le Grand en 1790 et Guillaume Tell en 1791.